TRAVAUX

Boucle vidéo Hd - Captation performance participative  
Durée : Séquences de 20 min, Son stéréo. Projection 
Partenaires : Direction à la culture de la ville de Clermont-Ferrand, Collectif Zoooum 
Site : Pôle chorégraphique “La Diode” Clermont-Ferrand / France
Année : 2019

 

 

 


° *                           < Prec I Suiv >

 


"LES OBJETS MOUVANTS DE L'UNITÉ II - Avec le pied" (Séquence 03)


Faisant suite aux vidéos études des unités de la main (Paume, Empan & Pouce) , une série de projets émergent pour l'étude de l'unité Pied. Cette unité évoque une mesure en pas de nos déplacements dans nos environnements quotidiens. Comment ces paysages parfois encombrés influent sur nos mouvements et donc notre perception ? Les espaces partagés, La cour d'école, l'habitat, le gymnase, les lieux publiques sont autant d'endroits dans lesquels nous devons slalomer en réponse aux éléments qui les composent. Les bancs, les voitures, les signalétiques et les « autres personnes» sont des éléments avec lesquels nous devons négocier l'espace. Nous devons céder une place tout en prenant la nôtre, un compromis instinctif qui tend vers la cohésion.

 

Les films "LES OBJETS MOUVANTS DE L'UNITÉS II - Avec le pied" étudiant le pied convoquent différents types de population à participer à une expérience de partage d'un site précis lors d'une captation vidéo approchant la performance. Le studio de danse. L'espace de l'intervention évoque déjà une discipline qui travail l'espace par le corps, par le pied, il contient de part sa typologie toute une série d'interactions possibles, et influe déjà sur les comportements des participants invités. L'objectif de ces vidéo/performances est d'observer comment nous sommes capables d'inventer des gestes et des formes en commun dans des contextes nouveaux malgré nos divergences de culture ou d'origines... Les participants font l'expérience de l'appropriation d'un site via des formes et l'autre, via les références de l'autre.

La deuxième séquence, situation qui mélange les codes de praticiens du mouvement à d'autres pratiques. Deux corps circulent en quadrillant l'espace selon les axes X & Y, ils ne semblent pas se préoccuper de ce qui les entoure, ils traces des lignes par le mouvement en évitant, repoussant ou escaladant les autres occupants de l'espace. Ces deux participants « complices » poursuivent leur mission dans une temporalité différente de celle des autres, la leur. Ils représentent ces autres présences en mouvement avec lesquelles nous négocions en permanence l'espace.

Un rideau obstrue une partie de l'espace, les actions semblent pourtant se poursuivre dans cette zone de hors champ. Les deux passants quadrillant l'espace traversent cette frontière régulièrement, entraînant ainsi les autres participants à aller voir vers cet autre côté, le mimétisme permet d'élargir l'espace. Ce rideau est pourtant traversable, mais sans cette intervention les participants semblent se borner à le contourner. Ne pas y toucher, une frontière à franchir. Dans la troisième séquence, ayant déjà fait l'expérience de traverser le rideau les participants vont le déplacer, l'identifier comme forme au même titre que les autres occupants de l'espace. Il semble y avoir une connection plus complexe avec cette forme bien plus grande que leur corps, s'y frotter revient à bouger les murs, ils le feront si on leur montre que c'est possible. À partir du moment où cette forme plus autoritaire qu'est le rideau est prise en main, tout l'espace va chavirer, plus rapidement, sans complexe, la prise en main construit et dé-construit à l'infinie.

L'aspect expérience et apprentissage de l'espace via l'objet et les gestes de l'autre comme sujet d'observation. Le studio de danse avec son sol et ses lumières scéniques amène déjà dans les vidéos une sensation « d'art vivant », ces captations de l'évenement m'amènent à envisager une ref-ormulation sous forme de performance live. Le public devenant un nouvel élément à intégrer à l'espace d'exploration, une nouvelle zone de hors champ.

 

Merci au Collectif Zoooum et à la direction à la culture de la ville de Clermont-Ferrand pour la mise à disposition du studio de danse du Pôle chorégraphique "La Diode". Merci également à Anthony Plasse (Assistant production) et à Garance Alvez, Clélia Barthelon, Naser Dushica, Emmy Junie Ols, Jean-Roméo Kajero, Coline Saglier pour leur participation.