TRAVAUX

 
Boucle vidéo Hd -Lien de diffusion
Durée : 20 minutes, son stéréo. Diffusion sur ordinateur portable
Production : Autoproduction, Partenaire Cité internationale des arts
Site : Cité Internationale des arts Paris/ France
Year : 2017-2018







*

 


« LES UNITÉS 1 - LA MAIN (séquences 1&2) », premier volet de la série des films études "Les unités..." qui constituent un répertoire-source filmé des recherches préparatoires et observations du projet global "Les unités". Ces films cherchent à étudier les dynamiques entre paysage (situation donnée) et intervenants. Ils installent des scènes qui invitent à des comportements, des créations de formes et de dynamiques dans des contextes contraints. Contraints par l'espace et le point de vue de la caméra tout d'abord, puis par la zone d'intervention suggérée aux participants. Par le cadrage, les matériaux ou objets mis à disposition et enfin par le nombre de participants.

Chaque film, scène proposée à l'intervention, est relative à une unité de mesure présente sur la canne des bâtisseurs utilisée pendant l'antiquité afin de permettre à différentes ethnies aux cultures et langages différents de travailler ensemble à l'édification de monuments. Ici on mesure avec le corps et collectivement, avec son pied, son coude ou son pouce... C'est cette impulsion collective qui devient le sujet de ces observations, comment agir enxemble sur un même ouvrage malgré nos cultures ou origines différentes? L'objectif de ces films est d'accompagner la recherche plastique autour des projets-objets en enregistrant les comportements des participants conviés, en vue d'établir un répertoire de gestes intuitifs. Ils ne cherchent pas à exposer la création d'une forme, même si elle prend une place importante à l'écran, mais bien ce qui motive les gestes et attitudes, qu'ils soient en solo ou collectifs.

À chaque film son point d'observation, ainsi les différentes unités de mesure telles que la paume (qui devient ici main), le pouce, le pied et la coudée... seront mises en scène dans différents contextes. Une table filmée du dessus pour la main, une scène ou un studio de danse partiellement masqué filmé à partir du sol pour le pied, un terrain de sport filmé en mouvement pour la coudée... La caméra prend toujours une position particulière, le cadre cherche à isoler la zone d'action à étudier en imposant sa présence aux participants, l'oeil de la caméra est considéré comme un des protagonistes, déjà il interagit avec les participants.

Pour ce film qui observe plus spécifiquement les mains, la scène proposée est une large table, filmée du dessus en plein cadre. Son format impose aux intervenants de se lever pour atteindre l'autre et ce qui se trouve face à eux, mais sans jamais rentrer complètement dans le champ de la caméra. La conscience d'un objectif au dessus de leur tête va les amener à considérer le bord de la table comme une limite qu'ils ne franchiront pas, ils prennent en compte le cadre et le hors champ. Aucune règle ne leur est pourtant imposée. Ce hors champ est particulièrement révélé par le son qui accompagne les gestes, par une main ou de la matière qui surgissent de l'extérieur du cadre, sans que l'on puisse voir aucun visage. les corps sont dé-personnaifiés, ils sont mains, oeuvrantes.

Deux séquences, une première aux allures de making of, expose un moment "d'assistant", on cherche à définir un cadrage. Les voix nous indiquent que deux personnes collaborent pour anoter le bord de l'image. Le premier donne les instructions, le deuxième test les bords. Hormis quelques doigts apparaissant, sortant ou longeant les bords, rien ne bouge, toute l'intention est hors champ. Il s'agit bien d'un acte de collaboration entre deux personnes, un but commun. La deuxième séquence est plus directe, un peu moins de vingt minutes d'échanges entre plusieurs participants face à de la terre, des cordelettes... Tandis que l'un joue avec l'oeil de la caméra, l'autre empoigne, fabrique et cumule jusqu'à ce que le premier le rejoigne dans ses gestes. Il y a ici une jubilation intuitive à manipuler qui va produire une typologie de contextes favorisant l'échange.

Chaque film est préparé en parallèle de la conception des objets. ces objets sont le résultat d'un aller-retour entre la préparation d'un film, l'élaboration de scénarios formels possibles proposés aux participants et les constats après tournages. Ils seront tous réunis sous la question des unités, ainsi la paume va côtoyer le pied, la coudée et le pouce... et ils seront présentés accompagnant les objets issus des études. Il s'agit bien d'une recherche à la fois Ethnographique, Anthropologique et Esthétique du Design.

Merci à Anne-cécile Devellis, Sophie Lamm, Yannick Langlois, Pauline Tamisier & Isabelle Vicherat pour leur participation.