WORKS

Materials : wood, paper, marble & miror stickers, cork, 
polyuréthane foam, paintings, silicon, fabrics ...
Panelling : the all space
Manufacturer : Self production / Sophie Lamm & Cédric Canaud
Location : W Pantin / France
Year : 2016







° ° ° ° *                    < Prev I Next >

 


" W État 1 ... avec Sophie Lamm" (Fr)

ÉTAT 1  Sophie Lamm et Cédric Canaud
les 2 & 3 Juillet 2016 / Atelier W Pantin

 

État 1 est la première mise en place d’un programme qui consiste à réunir différentes pratiques, ici une artiste peintre, dessinatrice et céramiste et un designer.

 

Cet État est le premier rendez-vous d’un programme plus large, d’invitation de différents practiciens, danseurs ou chorégraphes, vidéastes, photographes, sculpteurs, comediens, musiciens ect, tout est envisageable du moment que chacun est prêt à prendre le risque de remettre son travail en jeu le temps du workshop.
Chacun cherchant à quitter sa zone de confort de pratique pour aller rejoindre l’autre.
L’idée de ces états est de rendre compte de nos experiences plastiques, assumant le jeu formel en se faisant plaisir à la main et à l’oeil ou à l’oreille.

 

On ne cherche pas de réponse mais à poser des questions de pratique, une peintre se frotte à l’ornement si tangeant et un designer lâche l’utilitaire parfois si lourd du design.

L’envie de cette exposition workshop prend comme point de depart une image que Cédric garda en tête de l’espace de travail de Sophie.
Dans son coin d’atelier s’accumulait les peintures, supperposées, stockées les unes sur les autres, une question sortait de cette observation.
“ Comment ces peintures étaient exposées une fois terminées? ” Quel display?

C’est Sophie qui engagea cette invitation, elle cherchait l’espace, à produire des circulations physiques au milieu de ses peintures. D’où l’envie d’inviter un Designer sur une question de display.

Les travaux de Sophie sont déjà propices à l’accumulation ou au morcellement, sans nier la justesse de chaque pièce on a commencé à les supperposer, comme un patch work les images produites commencèrent à installer un nouveau dialocgue.
Les supports utilisés par Sophie commencèrent à révéler une question de matière et de surface, des planches nus s’introduirent dans les installations pour y prendre une place comme forme à part entière.

À partir de cet instant le travail de Cédric put s’accoler à l’ensemble, par morceaux. Les pieces de Cédric sont ici morcellées, couchées ou retournées pour prendre un nouveau statut, elles sortent de leur contexte habituel, perdent leur fonction pour devenir des espaces plastiques.
Certaines pièces sont des parties de moules fabriquées en support de la production d’une pièce mais pas destinées à être montrées, elles restent donc ouvertes, déjà disposées à accueillir une autre forme.

Une matière, une couleur, un contour, une epaisseur devenant langage.

Les installations exposées ici sont le résultat d’évenements plastiques s’articulant dans l’espace. On déambule dans un espace aux allures de décor ou les matières sont rejouées toute comme les surfaces peintes. Un polystyrene devient béton de la mousse devient marbre, un tas de morceaux de peintures melangé à des debris de silicone et de Mdf devient ruine de temple.

En plus des peintures et déssins, Sophie a produit des céramiques qu’elle nomme “des dessins sur des volumes”. Ces “poteries peintes” amènent déjà un lien entre les peintures et les objets. Le display consiste alors à exposer et accompagner ce lien. Du dessin à l’objet en passant par la matière.

De l’ensemble un parfum d’archeologie se déssine, c’est l’expréssion de nos fouilles individuelles d’abord puis collectives dans nos travaux respectifs.
Chacun ayant sorti des pièces de son atelier. Les poteries cassées en attentent de devenir quelques choses étaient particulièrement propices à ces renversements de stauts, l’objet recouvert d’un dessin rebascule dans l’ornemental plastique, la forme plastique sujette à produire du sens.
Ainsi un bol brisé se retrouve ensevellit dans un moticule de gravas constitué de cailloux de silicone, polystyrene et terre cuite. L’ensemble est exposé sur une planche de contre plaqué blanchie au pinceau. C’est une scène typique de l’archéologie, la découverte d’une poterie ancienne, mais tout est faux, le bol est neuf et les gravas sont en plastique, on joue la scène, on rejoue les pièces en les installant dans un nouveau scenario, une nouvelle image globale.

 

Nos travaux se sont déjà cotoyés un temps à l’atelier chez W, travaillant en parrallèle mais chacun dans son domaine, en s’observant, échangeant, une vie d’atelier dans le faire bien commune à beaucoup de plasticiens.

 

site de Sophie Lamm lien
© Sophie Lamm & Cédric Canaud 2016

__________________________________________________________________________________________

" W État 1 ... avec Sophie Lamm" (Engl)

 

__________________________________________________________________________________________